Traduit par Nathalie Perronny

  Date de parution : 7 septembre 2007

  Editions : Editions Naïve

  Nombre de pages : 365

  Prix : 16.30€

 

 

Résumé de l'éditeur

"Angleterre, 2140. Les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s'ils renoncent à faire des enfants. Anna vit depuis presque toujours au foyer de Grange Hall un pensionnat pour les Surplus, des enfants qui n'auraient pas dû naître, des enfants dont les parents ont défié la loi en les mettant au monde. Anna n'a plus de parents désormais. Confinée dans l'enceinte du pensionnat, elle travaille très dur, pour effacer leur faute. Anna a tout oublié de son passé. Jusqu'au jour où arrive un jeune garçon qui semble la connaître. Mais qui est ce Peter? Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille? Et pourquoi elle, Anna, se sent soudain si troublée?"

 

Mon avis

 Waouh! Poignant comme livre et très dur de lire même si c'est fictif des choses du genre "je ne devrais pas exister", "je dois tout faire pour racheter ma naissance". J'avoue que ça m'a choqué mais le livre est très bien fait et on comprend qu'Anna a subi un endoctrinement massif. Elle a été battue, rabaissée... comment penser d'une autre manière? Rien que pour sa survie car on dit dans le livre que la vie des surplus n'a aucune valeur. Ils doivent racheter leurs dettes et devenir en quelque sorte des esclaves. 

Les cours dispensés au pensionnat inculquent comment se taire, marcher sans se faire entendre, qu'il est important de baisser les yeux... Les surplus sont vraiment considérés comme des êtres infames. Et pourtant, ils n'ont pas demandé à venir au monde. Leurs parents ont fait le choix d'avoir des enfants et ne veulent pas signer la déclaration stipulant qu'ils n'ont pas le droit de faire d'enfant. Quelque part, ils luttent contre ce nouveau système dont ils ne le veulent pas. Ils ne sont pas tous des moutons qui suivent les gens hauts placés et cela montre une très grande vérité. Tout le monde a le droit d'avoir sa liberté de penser et d'action quant aux valeurs de la vie tout en ne tombant pas dans les dérives bien sûr.

De par tous ces aspects, je pense qu'on peut en tirer plusieurs enseignements. Il est très instructif et on peut faire des parallèles avec certains aspects de notre système mais aussi par rapport à nos valeurs. Cela rappelle qu'un être humain ne vaut pas mieux qu'un autre, que les hiérarchies sont illusionnaires. Ce n'est pas parce-qu'on vient d'un milieu aisé qu'on a plus de valeur que quelqu'un d'autre.

L'histoire du livre s'axe autour d'Anna, personnage très attachant. Elle est tout d'abord totalement soumise. Une seule chose compte pour elle, être un bon élément, racheter sa faute (celle d'être venue au monde). Puis arrive, Peter qui vient tout changer. Il lui dit connaitre ses parents et lui propose le projet audacieux de s'évader de Grange Hall mais Anna ne connait que ce milieu là. Elle a peur et fait tout pour barrer le passage à Peter. De fil en aiguille, elle s'attache à lui et ouvre les yeux. Elle s'autorise le droit de penser et ouvre les yeux au fur et à mesure de ce premier tome.

Je pense que le message a noté à travers tout ça, c'est qu'on peut sortir de l'embrigadement même si l'on a connu que ça. Un être humain ne peut être formaté par quelqu'un d'autre, son humanité finit toujours par rejaillir ne serait-ce que par les circonstances de la vie.

Très bon livre, je compte lire les deux autres volets très prochainement. Merci à Delphine qui m'a fait découvrir Gemma Malley.